Rumeurs, tu meurs !

Dans ce Rumeurs, tu meurs ! (rumeur-tumeur) qui met en scène le harcèlement d’une élève de 16 ans (Alice) par un couple diabolique du même âge (Lena et Javier), Frank décortique, comme on autopsie, la glissade qui part d’un mot ou d’un regard de travers et finit dans la plus sinistre fange. L’ultime violence. Celle qui mène l’autre au dégoût de lui-même. Le tour de force de Rumeurs, tu meurs ! est d’être parvenu à contenir dans un huis-clos étouffant une histoire affreusement publique (du fait de l’exhibitionnisme effarant des réseaux sociaux). C’est dans la poudrière irrespirable de cette confrontation entre Alice et Lena-Javier que volent les mots, comme des poussières dans la lumière. Les mots qui tuent. Littéralement.
À l’arrivée un texte important à mettre entre les mains de tous les ados qui ont un compte Facebook, Instagram ou autre. Et surtout de leurs parents. Parce que si les mots tuent, ils sauvent aussi.

Grégoire Delacourt

http://www.gregoire-delacourt.com/category/livres/

10 septembre 2020

L’action est bien menée, et notre héroïne emberlificotée dans son monde découvre que l’extérieur ne ressemble pas toujours à un conte de fée. Quelle claque ! Le mécanisme de perversion mis en place par Lena, est remarquablement expliqué et décortiqué, la pédagogie sous jacente est bien présente et ne gâche absolument pas le plaisir de lecture. Merci Frank pour ce très beau roman plein de tendresse, de rage, de détresse, de volonté, d’entraide, de délations, de trahisons… de vie quoi.

Joël Braem, Librairie UOPC, 10 septembre 2020

Posted in On en parle. RSS 2.0 feed.