Avec l’Intime

Desclée De Brouwer, Paris, 2009.
Prix Jean Kobs 2011 de l’Académie Royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique.

Un texte dans lequel l’écrivain aborde la question spirituelle de l’intime. Il montre qu’au coeur de son intimité et de son intériorité l’individu n’est plus seul.

Vivons-nous seuls ? Sans être reliés ?

Quelle est la voix de l’âme qui frémit au plus profond de chacun de nous ?

Comment mieux l’entendre malgré nos certitudes, nos peurs et les multiples bruits du monde ?

L’Intime nous prononce sans cesse avec amour.

L’Intime nous dit un « Tu » qui nous fait exister.

Être avec lui, c’est choisir de lui répondre un « Tu » accueillant plutôt que de défendre les remparts de notre « Je » enfermé.

Ouverture et mystère qui rencontrent la longue méditation de Frank Andriat aujourd’hui «Avec l’Intime.» Ce poète devenu, chemin faisant, romancier des ados, les ouvre de plus en plus à la réalité mais aussi au mystère de vivre. Et voici qu’il touche, ici, au mystère de chacun d’entre nous et le tourne vers l’insondable. Il ne donne aucun nom à l’Invisible. Mais chemine en sa compagnie, lui donne une proximité, appelle à une rencontre avec cet Invisible qui va devenir notre Indivisible, notre Intime. Est-ce en écho ou en réponse aux pages du «Très-Bas» de Christian Bobin, Frank Andriat pourrait ici, en ses approches, frôler tour à tour Rilke ou Jean de la Croix, Tardieu ou Guillevic, la grande ou la petite Thérèse. Pour Andriat, la triple question posée en exergue de son livre (Vivons-nous seuls ? Sans être reliés ? Quelle est la voix de l’âme qui frémit au plus profond de nous ?) s’égrène en une multiplicité de réponses toujours plus vastes, plus profondes, libres, nécessaires. Comme on respire ! La poésie devient la vie, et le spirituel, une habitation de soi et de l’Autre, un fraternel et personnel chemin.Luc NORIN, Fuir l’ensablement de soi-même, La Libre Belgique, 18 janvier 2010.

unnamed

Posted in Essais, documents, Mes livres. RSS 2.0 feed.